J’ai froid. J’ai peur. Je suis la reine des neiges, la reine des glaces, je m’enlace. La pluie tombe comme de la neige sur mes frasques, sur mes poèmes fantasques. Rien n’a de sens, rien n’a de mots sous ce blizzard bizarre. J’ai l’impression d’être en terre étrangère, inconnue, inabordable comme ces banquises aux icebergs pointus. Je suis ce chemin pentu, ces aurores presque boréales, ces nuits qui durent des jours entiers. Je les envie presque. La glace ne fond pas. Le silence ne durera peut-être pas. A l’âge de glace succédera peut-être l’ère du feu. A l’âge des faux-semblants succèdera peut-être la vérité éclatante et sanglante. En attendant, je suis la reine des neiges, la reine des glaces. 

Florence 

iceberg